Les troubles géronto psychomoteurs

Les principales indications en géronto-psychomotricité sont :

- Souffrance émotionnelle : les changements comme une hospitalisation, une entrée en institution ou un décés peuvent entrainer des troubles émotionnels comme de la tristesse profonde, de l’anxiété, de l’hyper-émotivité, de l’apathie…Les tensions psychiques peuvent engendrer des malaises physiques.

- Troubles du comportement : le syndrome démentiel peut s’accompagner de troubles du comportement liés à un dysfonctionnement cérébral et à d’autres facteurs environnementaux ou psychologiques ou somatiques, les patients se manifestent par de l’agitation verbale ou motrice, de l’agressivité ou « défense », de la déambulation, fugue, opposition…

- Troubles de la perception du corps : souvent lié à la souffrance psychique, ou bien à une lésion cérébrale, l’investissement corporel peut être perturbé, et la représentation du corps s’en retrouve dégradée. L'intention est d'aider la personne à réaliser des mouvements en adéquation avec une bonne perception de son schéma corporel et une meilleure image de soi.

- Accompagnement de fin de vie : il concerne surtout la prise en charge de la douleur et l'apaisement, il peut être lié aux soins palliatifs.

- Difficultés de locomotion et d’équilibration : certains éléments physiologiques et moteurs prédisposent à la chute comme un trouble de l’organisation de la marche. La chute peut avoir des conséquences graves , elle peut entrainer un syndrome post-chute avec une peur de tomber et des désadaptations posturales. Par des exercices de motricité globale, la personne âgée retrouve entre autre une meilleure posture.

- Troubles de la motricité manuelle: les coordinations manuelles soutiennent tous les actes de la vie quotidienne, il arrive que ces gestes deviennent difficiles dans leur exécution et limite l’indépendance de la personne.

- Déficits mnésiques et attentionnels: l’atteinte des fonctions supérieures ou une souffrance psychologique peuvent entrainer des problèmes de mémoire et des difficultés d'attention.

- Perte des repères spatio-temporels : après la mort d’un proche, à l’entrée en institution, suite à une maladie neuro dégénérative ou lors d'un changement, il arrive que la personne désinvestisse son environnement et perde les notions spatiales et temporelles, elle est alors désorientée. L'organisation spatio temporelle est associée aux fonctions cognitives et attentionnelles.